Arabia Felix – Chapitre I

L’Arabie Heureuse

arabia felix stone bench
Stoned ?

Benjamin espérait bien qu’ils ne se retournent pas. Cela faisait une demi-heure qu’il les observait. Ces deux-là n’avaient pas prononcé un mot depuis tout ce temps. Pourtant ils semblaient être en pleine conversation. Et je pense que c’est cela que Benjamin espérait capturer, une photographie de mots non-prononcés… Une photographie de l’amitié.

Sans doute a-t-il réussi, je me suis tout de suite imaginé Benjamin et moi sur ce banc. On a souvent laissé passer le temps ensemble…

Je m’appelle Ludovic, je ne suis pas photographe ni écrivain… J’écris du code informatique, je fabrique des jeux-vidéo, je suis un fan de science-fiction, on imagine souvent que je connais tout sur tout sûrement parce que jeune, j’ai gagné le célèbre jeu télé Pyramide.

Je suis simplement l’ami de Benjamin.

J’ai appris une partie de sa vie qu’il n’a pas souhaité partager avec moi sur le moment.

Cela vous est sûrement déjà arrivé avec un ami proche, vous le regardez et la communication passe, vous avez compris tout ce qu’il a communiqué que les mots n’auraient pas réussi à exprimer. Une sorte de communication wi-fi chiffrée dont seuls deux esprits possèdent la clef. Lorsqu’il m’a fait découvrir ses photos, j’ai compris que c’est au Brésil que l’histoire commence avec elle, Laura.

Essa moça tá diferente
« Essa moça tá diferente »

Je perds mon ami de vue pour plusieurs années. Ils sont amoureux, ils sont heureux. Pour être honnête, j’étais un peu envieux, je projetais mes rêves d’amour et d’aventures sur eux.

La bête
Bienvenue chez moi

Aveugle comme eux, il y a une chose que je n’ai pas su voir… La folie, celle qu’ils partageaient et qu’ils ont, malgré eux, laissé grandir.

Je pense que je l’ai ressenti mais dans mon rêve de bonheur amoureux il n’y a pas de place pour la folie. Je l’ai donc occultée, simplement, /* commentée */, évincée de la compilation de mon logiciel conscient.

D’amour en illusions ils ont vécu heureux ensemble bien qu’elle soit déjà là, elle se tapit dans l’ombre… La folie.
Sur ce brin de folie, dans l’espoir d’une vie plus indépendante, ils ont volé d’un tropique à l’autre… de la forêt brésilienne au désert arabe.
Parmi ses amis personne n’a compris pourquoi l’Arabie ni pourquoi y rester.
En Arabie Heureuse, n’est-ce pas un bien plus joli nom ? Il était écrit sur les cartes dans le temps et aujourd’hui il parait quelque peu ironique, sarcastique, ou doux-amer, comme un regard qui effleure légèrement le souvenir d’une blessure.

C’est maintenant un enfant qu’elle a en face d’elle. Elle l’aimait bien enfant aussi… Seule et avec lui c’est comme cela qu’elle s’est retrouvée en Arabie Heureuse… Déchirée.
Pourquoi l’Arabie fut appelée heureuse un jour ?
Laura se pose la question. Elle ne l’est pas, Benjamin non plus. La différence c’est lui, du moins une partie de lui, qui l’a abandonnée.

Ils sont seuls. Laura est rentrée chez elle sur les montagnes du Minas-Gérais. Benjamin est resté en Arabie Heureuse, il se demande aussi pourquoi l’a-t-on perçu heureuse autrefois ?
Heureuse, ce mot le fait rester.
Le bonheur fait-il en soi partie du passé ?
Mystérieuse pour lui ? Évidemment, Il est parisien… Elle est paisible, cela lui convient. Elle lui semble abandonnée et seule. L’Arabie lui rappelle Laura, elle est seule et il l’a abandonné. Il le sait, il s’en veut, il est seul, elle est seule… Il voudrait être avec elle, ils ne peuvent pas être ensemble sans être séparés par cette insidieuse folie, il le sait, elle le sait et je n’en suis pas si sûr.
La folie n’est pas une chose facile.
Être rationnellement amoureux…
L’amour peut-il exister sans folie ?
S’il comprend quelques choses au bonheur de l’Arabie, il comprendra quelque chose sur celui qu’ils ont partagé… Qu’est-ce qui a bien pu les rendre heureuses ?…
Laura Heureuse,
L’Arabie Heureuse

Le soir venu, quand le désert et la mer se confondent en un océan d’encre de Chine, il se demande s’il ne se construit pas un espoir pour ne pas y sombrer. Je sais qu’il y a sombré. Laura et Benjamin ne se reverront plus jamais.

Arabia Felix - Jeu de lumière sur une scène de nuit en Arabie
« Même le vide avait disparu. Tout a simplement cessé. Silence. Rien. Seule. »

(Page suivante)

(Page précédente)


Légendes photos:

  • Chico Buarque, Essa Moça Tá Diferente
  • Cartola, Preciso Me Encontrar
  • Philip K. Dick, Flow my tears, the policeman said