Arabia Felix – Chapitre VI

Place Tahrir

Tahrir square street art
@Monasosh
Scared, excited and hopeful #Jan25

Tout vainqueur de Pyramide que je suis, je ne l’ai pas vu venir. Elle a secoué tous les mondes du 21ᵉ siècle. Le monde tel que nous le connaissions et ce vers quoi le monde tend à ressembler depuis l’avènement d’Internet. Prenez une civilisation dont un des piliers est la charité, ajoutez la main de fer des dictateurs au gant de fer du capitalisme. Saupoudrez le tout de connexion aux Internets… Et le printemps arrive.
Internet crée une nouvelle réalité et rend techniquement possible la jouissance d’un droit :
« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »

Tahrir square street art
@TravellerW
Police throws rocks @ demonstrtrs while we raised our arms. We’re unarmed, they’re in full gear. We are strong, they’re weak. #25Jan #Egypt

Internet rend inévitable l’avènement d’une nouvelle forme de Démocratie en nous donnant accès librement à la parole publique.
Quand les dictateurs ont peur ils coupent Internet.

Dans la nuit du 27 au 28 janvier 2011, entre 00:12 et 00:25 les 5 fournisseurs d’accès à Internet (Telecom Egypt, Raya, Link Egypt, Etisalat Misr et Internet Egypt) commencent à bloquer l’accès au DNS (Domain Name System) et au protocole BGB (Border Gateway Protocol). À minuit 37 l’Égypte est coupée d’Internet. 2576 des 2903 réseaux encore actifs la veille sont indisponibles. Seul Noor fournissant Internet à la Bourse du Caire, les banques et les grandes entreprises continuent d’opérer.
Le 28 janvier 2011 le journaliste égyptien Ahmed Mohammed Mahmoud est abattu à son domicile d’une balle dans la tête par un sniper alors qu’il filmait les évènements de la place Tahrir, il décédera six jours plus tard.

Tahrir square street art
@Gsquare86
They r coming with horses and thugs, we need more revolution people in Tahrir square now!

Dès qu’ils sont chassés Internet revient.
C’est une nouvelle expérience pour nos dirigeants de vivre dans la peur de la liberté d’expression. Révolution et Internet sont désormais connectés l’un à l’autre.
Je cite presque mot à mot le précédent président d’une petite association française. Elle mit en place un accès bas débit aux Égyptiens durant les 3 jours de coupure.
Et puisque je l’ai presque cité autant le faire en bonne et due forme :

Tahrir square street art
@Monasosh
Many are injured on the Egyptian Museum side #Jan25 They need help

« Internet répond à un besoin ancien et pressant des sociétés humaines qui n’arrivaient plus à communiquer assez bien, assez vite et de manière assez efficaces. L’outil dont la société humaine s’est dotée pour répondre à ce besoin est Internet. Et tant qu’il demeure libre et neutre, il n’est pas compatible avec une tyrannie. »

« Internet change la façon dont les humains communiquent au même titre qu’a changé l’apparition du verbe, au même titre qu’a changé l’apparition de l’écriture, au même titre qu’a changé l’apparition de l’imprimerie. Internet change radicalement le tissu, le fil avec lequel nous tissons la société humaine. Ça tape très bas, on attaque les couches quasiment hardware du système. On change la façon dont la société se construit. »

Tahrir square youth
@ashrafkhalil
#jan25 Chants from Tahrir Square « We’re the internet youth; we’re the youth of freedom ». #egypt

Maintenant qu’elle est connectée la Révolution est devenue toute aussi permanente que celle de la Terre autour du Soleil.
Il se pose un problème aux révolutionnaires, un sérieux problème de mécanique newtonienne. Les dirigeants de l’ancien monde réagissent aussi fort que la nouvelle société des réseaux agit pour changer le monde. Car c’est bien de cela dont il est question sur la place Tahrir : changer le monde, faire société d’une façon différente.
Des dictateurs ont été chassés mais les puissants restent les mêmes.
Cela laisse certainement la place libre à d’autres dictateurs… Mais maintenant qu’elle est devenue permanente… Quelle sera la suite des événements ?

Ce qui amène notre cher fil rouge, le bien nommé Benjamin sur la place Tahrir et ses nouvelles peintures.
C’est lui Nour, un ami qu’il a connu comme adolescent insouciant lorsque Rana, la sœur de Nour, avait invité Benjamin en vacances sur la Mer Rouge.
Aujourd’hui il connaît Nour comme adulte ayant participé à une Révolution, une tempête démocratique extraordinaire et le résultat : un massif parti islamiste dit modéré comme vainqueur. Rana et Nour ont été légèrement surpris et déconcertés par le résultat des élections.
Ils n’ont certainement pas d’autres choix que de recommencer.
À certains égards cela force le respect, voire l’admiration.

A tired palestinian lady
@ManarMohsen
Who did this? WE did, the people. Without guns. Without violence. Rather, with principles and persistence. Mabrouk everyone!

Vous cacher qu’il y a un lien entre cette révolution et cette guerre qui va jusqu’à battre le pavé parisien ne serait pas très honnête. Mais qu’est-ce que je pourrai bien vous dire qui n’a pas déjà été dit ?
Que l’on sait déjà ce qu’il en restera.

Nota bene:
There is a certain arrogance to the lazy Western description of a Twitter revolution. It excuses commentators from seeking to understand the deep seated causes of the uprising the brutal economic reality for the majority of the population, the imposition of neoliberal policies reducing job security and suppressing wages, the lack of opportunities for educated young people, the sheer vindictiveness of a Western backed dictator as expressed through his police gangs. It ignores the role of the urban poor, many of whom literally placed their bodies between tyranny and freedom on the front line. For the unemployed and those living on two dollars a day, Twitter and Facebook were the last things on their minds.

(Page suivante)

(Page précédente)


  • Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, article 11
  • Sur la coupure d’Internet en Égypte, lien
  • Sur l’exécution de Ahmed Mohammed Mahmoud, lien
  • Sur la fourniture d’accès Internet bas débit aux Égyptiens par FDN, lien
  • Benjamin Bayart sur les effets sociaux d’Internet, lien
  • Une formule d’Alain Badiou.

Légendes photos et nota bene:

  • Tweets from Tahrir, edited by Nadia Idle & Alex Nunns, with a foreword by Ahdaf Soueif