Arabia Felix

Introduction

Ô souffle léger du vent!

Va dire aux antilopes du Najd
Que je remplis l’engagement
Dont elles ont connaissance.

Deux femmes, les cheveux au vent, sur une plage d’Égypte.
« L’amour est un mot de lumière, écrit par une main de lumière, sur une page de lumière. »

Et dis à la jeune fille noble de la tribu
Que notre rendez-vous est à l’enceinte sacrée,
À l’aurore du jour du samedi,
Sur les collines du Najd,

Sur le promontoire rouge,
Tout près des monticules,
À la droite des ruisselets,
Et vers le repère solitaire.

Si ce qu’elle dit est vrai,
Et qu’elle ressent pour moi
L’obsédant désir
Que je ressens pour elle,

Une femme dort
« L’amour est la seule fleur qui croît et fleurit sans l’aide des saisons. »

Alors, dans la touffeur du midi,
Sous sa tente, en secret,
Nous nous rencontrerons,
Pour accomplir complètement la promesse.

Nous nous révélerons la passion
Que, l’un pour l’autre, nous éprouvons,
Ainsi que l’âpreté de l’épreuve,
Et les douleurs de l’extase.

Est-ce fantasmes incohérents,
Ou bien rêves prémonitoires,
Ou encore propos de tous les jours,
Dans lesquels mon bonheur repose ?

Il se peut que celui qui stimule les désirs
Les réalise vraiment;
Leurs jardins alors m’offriraient
La cueillette des roses.

Ibn Arabi

(Page suivante) Laissez-vous stimuler les désirs…


Légendes photos: Khalil Gibran, Le Calligraphe, le Poète & la Paix